botte-gardiane-epv-entreprise-patrimoine-vivant-fait-main-en-france-fabrication-chaussures-modele-gardian

La Botte Gardiane, entreprise familiale et mythique

Aujourd’hui, je vous présente une marque bien connue des modeux – on la retrouve sur les sites Bonne Gueule et L’exception : la Botte Gardiane, dernière entreprise française capable de fabriquer les bottes traditionnelles des gardians camarguais. 

Si vous aimez cet article, si vous connaissez quelqu’un qu’il pourrait intéresser, faites-lui plaisir : envoyez-le lui. 😉


Si jeune, déjà mythique

Années 1960 : la naissance d’un nouveau vêtement de travail

La Botte Gardiane est fondée en 1958. C’est alors une entreprise familiale, spécialisée dans la réalisation des bottes de gardians, ces cow-boys camarguais, chargés de surveiller les troupeaux de chevaux ou taureaux laissés en plein-air.

Pour répondre aux besoins de la profession, ces chaussures doivent être particulièrement confortables, souples et solides. Ainsi, une botte gardiane est composée de trois épaisseurs de semelles superposées et cousues, dont le maintien est renforcé par des clous.

Années 1990 : la Botte Gardiane dans la tourmente

Malgré cette spécialisation et cette exigence de qualité, la marque connaît des difficultés financières dans les années 1990. Elle est proche de la faillite quand Michel Aghulon s’en porte acquéreur, en 1995. Son idée : diversifier la production, sans rien céder sur la qualité.

botte-gardiane-epv-entreprise-patrimoine-vivant-fait-main-en-france-modele-janice

Bottines et nus-pieds rejoignent le catalogue. La Botte Gardiane fait son entrée dans le monde de la mode et y apporte son héritage camarguais. C’est le succès : les icônes de l’époque – Bardot en tête – s’emparent des modèles et assurent définitivement leur renommée.

Une Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV)

Cette nouvelle orientation n’altère pas le mode de fabrication : La Botte Gardiane reste encore aujourd’hui une entreprise familiale et artisanale.

Fanny, la sœur, dessine les modèles et gère les deux boutiques parisiennes. Antoine et Julien, ses frères, prennent en charge la production et la distribution des différents modèles. Toutes leurs chaussures sont réalisées en France, à la main.

2007 : la reconnaissance avec l’obtention du label EPV

En 2007, ce respect des traditions vaut à La Botte Gardiane de recevoir le label EPV, Entreprise du Patrimoine Vivant. Il distingue certaines entreprises pour la rareté et l’excellence de leur savoir-faire.

botte-gardiane-epv-entreprise-patrimoine-vivant-fait-main-en-france-fabrication-chaussures-piquage
Le modèle phare de l’entreprise – la botte gardian – en cours de fabrication

Créé en 2006, ce label a déjà suscité l’envoi de plus de 4 000 candidatures – et leur nombre, chaque année, ne cesse d’augmenter. Mais seules 1 393 entreprises ont, à ce jour, obtenu le prestigieux sésame. Quand on sait que plus d’un quart des entreprises labellisées EPV sont centenaires, La Botte Gardiane fait figure de jeunotte !

Quels critères pour obtenir le label EPV ?

botte-gardiane-epv-entreprise-patrimoine-vivant-fait-main-en-france-fabrication-chaussures-coupe

Pour le mériter, l’entreprise doit répondre à au moins l’un des critères suivants – dans le cas de La Botte Gardiane, les deux derniers critères sont respectés :

  • détenir un patrimoine économique spécifique, issu de l’expérience manufacturière, qu’il s’agisse d’un réseau de clientèle, d’une documentation ou d’un outillage rares ou de droits à la propriété intellectuelle,
  • mettre en œuvre un savoir-faire traditionnel ou d’une haute technicité,
  • être profondément enraciné dans un territoire.

Maintenant que l’on sait à qui on a affaire, voyons voir comment on fabrique ces fameuses bottes !

Comment fabrique-t-on une “botte gardiane” ?

Quelques chiffres…

Pour vous donner une idée, sachez que, pour réaliser une paire de sandales :

  • 3 semaines et
  • 60 étapes de réalisation sont nécessaires.
  • 21 ouvriers interviennent au cours du processus de fabrication.

Les étapes de fabrication

La Botte Gardiane m’a gentiment transmis des photos de modèles en cours de production, pour qu’on détaille ensemble ces étapes.

Penchons-nous sur une botte haute, de type cavalière : le modèle city zip.

Tout d’abord, l’artisan utilise un gabarit, fabriqué à la main, ou un emporte-pièce pour découper les différents morceaux de la chaussure. Chaque modèle, chaque pointure a son gabarit, qui lui est propre.

Puis, au pistolet, l’artisan colle la doublure à la claque et galbe le tout, par un pressage à chaud.

Il faut encore coudre la boucle de la chaussure et sa claque, cette partie qui couvre l’avant du pied. L’artisan prépare ensuite la pose du zip et ça y est : la tige – la partie supérieure de la chaussure – est prête.

Maintenant, il faut coller les flancs de la chaussure et accomplir le fraisage, c’est-à-dire qu’on va enlever de la matière à la semelle pour ajuster la forme obtenue à celle du pied.

Après collage des flancs, des clous sont ajoutés à l’intercalaire et à la première de montage – les petits noms qu’on donne à deux des semelles.

Dans la fabrication de nos bottes, on en est donc là. Que manque-t-il maintenant ? Le talon !

Le plus gros est fait désormais et il ne reste que les finitions : polissage et vernissage de la semelle, brûlure des fils de couture au chalumeau.

Rendez-vous sur le site de la Botte Gardiane pour découvrir d’autres modèles.

Laisser un commentaire