Comment naturaliser une souris ? Un guide / tutoriel par étapes.

Comment naturaliser une souris ? – Guide pratique, pas à pas

Comment naturaliser une souris ? Je vous détaille les différentes étapes, pas à pas, telles qu’elles m’ont été transmises par un taxidermiste expérimenté.

Avertissement

Cette article est la traduction des ressources fournies par mon professeur de taxidermie, Geoff Vassallo, après que j’ai suivi un cours à Paxton Gate (San Francisco, Californie). Si ce guide vous est utile, ce sera entièrement à lui que vous le devrez.

Je ne suis absolument pas une experte du sujet, je ne suis pas non plus une traductrice professionnelle ; il me semble cependant que les ressources manquent en français et que cette traduction “maison” – agrémentée du récit de mes erreurs – pourrait profiter à plus d’un.

Enfin, pour les simples curieux, sachez que la suite de l’article comporte des photographies de souris écorchée. Ce n’est pas toujours très glamour.


Si le sujet vous intéresse, quelques idées de lectures supplémentaires :
– Pour en savoir plus sur l’histoire de la taxidermie et son utilisation en art contemporain : Taxidermie Chérie.
– Pour découvrir un autre type de taxidermie : la taxidermie surréaliste.

Enfin, si vous aimez cet article, si vous connaissez quelqu’un qu’il pourrait intéresser, faites-lui plaisir : envoyez-le lui. 😉


Avant de commencer : préparatifs et achat du matériel

Les outils nécessaires

  • 2-3 scalpels pour en avoir toujours un acéré à portée de main (faites attention à vos doigts et vos coudes !),
  • 1 pince plate,
  • 1 pince coupante,
  • 1 marqueur fin,
  • de la mousse,
  • des épingles (une petite dizaine),
  • du borax,
  • du polyester,
  • du fil à coudre de la couleur du pelage de votre souris,
  • 1 aiguille,
  • 1 gobelet,
  • de l’eau (pour vous et pour la souris, restez hydratés !),
  • 1 brosse a dents,
  • 1 sèche-cheveux,
  • du fil de fer,
  • du papier journal,
  • du sopalin.
  • Je ne l’ai pas testé mais il existe un kit complet pour naturaliser une souris.

Comment se procurer une souris morte et en bon état ?

  • Vous pouvez acheter, en ligne ou dans une animalerie spécialisée dans les animaux exotiques, des souris mortes et congelées, que l’on réserve habituellement au repas des reptiles.
  • Quelle que soit la réglementation en place dans l’endroit où vous vivez, je déconseille d’utiliser des animaux trouvés dans la nature : ils transportent des germes, des microbes et peuvent être porteurs d’infections. À utiliser uniquement si vous bénéficier d’un atelier stérile.
Comment naturaliser une souris ? Un guide par étapes. Le plan de travail pour commencer.
Le plan de travail tel que je l’ai trouvé au début du cours chez Paxton Gate.

Préparer son plan de travail

  • Votre plan de travail doit être propre et recouvert de plusieurs couches de papier ; des vieux journaux feront très bien l’affaire.
  • Pour plus d’étanchéité, vous pouvez également opter pour un sac poubelle découpé en morceaux et l’utiliser à la place du papier.
  • Installez-vous sur une table facile à nettoyer, juste au cas où.
  • Au fur et à mesure que vous avancerez dans la naturalisation de votre souris, vous retirerez les feuilles salies. Ainsi, vous travaillerez toujours sur une surface propre.
  • Votre plan de travail doit être un minimum spacieux pour vous permettre de manipuler confortablement les outils ainsi que les mettre de côté sans risquer de vous blesser. La longueur de votre bras, en largeur et en profondeur me semble appropriée.
  • Prévoyez un espace bien éclairé : la lumière joue un rôle capital dans la réussite de votre taxidermie, en particulier au moment de recoudre l’animal.
  • Si vous en avez l’occasion, je vous recommande d’utiliser une lampe-loupe de brodeuse, comme celle qu’utilise Peccadille pour la linogravure.
  • Enfin, prévoyez le temps nécessaire pour réaliser sereinement votre taxidermie. Lors de l’atelier, cela nous a prit toute une journée, de 10h à 17h. Nous avons pris notre pause déjeuner après avoir écorché la souris et avant de commencer à construire son nouveau corps en mousse.

Naturaliser une souris, étape par étape

Préparer la souris

  • Réchauffez doucement la souris congelée entre vos mains. Ainsi, vous pourrez la manipuler plus facilement.
  • Attention à ne pas trop la réchauffer toutefois : garder le corps de la souris en partie congelé permet d’éviter que le sang coule lorsque vous la déceperez.
  • Massez ses quatre pattes pour les rendre moins rigides.

L’incision

  • On peut pratiquer l’incision sur le dos ou sur le ventre de l’animal.
  • En classe, nous l’avons pratiqué sur le dos – des épaules jusqu’au début de la queue – pour ne pas abimer l’appareil digestif et réduire les risques que du sang ne coule.
  • Pratiquer l’incision d’un seul coup ; effectuez un trait bien droit.
  • Inutile de trop enfoncer la lame ni d’appuyer fort : vous ne voulez ni abimer sa chair, ni endommager sa peau.
  • Écartez la peau de part et d’autre de l’incision.
  • Prenez bien garde à enlever le gras (blanc) et la chair ; laissez-les sur la carcasse.
  • Vous pouvez détacher le gras de la peau en raclant délicatement cette dernière avec la tranche de votre scalpel.

Les pattes

  • Attrapez l’une des pattes arrières par son extrêmité (les orteils) et poussez la cuisse et le genou vers le haut, de façon à les dégager de la peau.
  • Une fois le genou extrait, tranchez à la jonction entre le fémur et le mollet à l’aide de votre pince coupante.
  • Retirez la chair et le gras qui pourraient rester à l’intérieur de la peau de la patte en la râpant avec votre scalpel. Attention à ne pas la trouer !
  • Enlevez la peau de l’os jusqu’au talon et séparez la chair de l’os.
  • Faites bien attention à laisser la patte attachée au reste de la peau !
  • Retournez immédiatement la peau vers l’intérieur pour qu’elle ne sèche pas trop vite. Vous devez voir à nouveau le pelage de votre souris.
  • Répètez le même processus pour l’autre patte arrière, puis pour les deux pattes avant.
  • Faites attention à bien laisser les pattes avant attachées au reste de la peau : ne tirez pas trop fort sur les pattes, ne les séparez pas trop rapidement du reste de la carcasse.
  • Autrement, vous vous retrouverez – comme moi – avec une patte en moins ! C’est réparable mais je ne sais pas comment, et mon professeur avait l’air de dire que c’était plutôt délicat.
  • Une autre solution dans ce cas : transformer la patte en crochet, quand vous monterez la souris avec le fil de fer. Ainsi, vous aurez une souris très badass. C’est la solution pour laquelle j’ai opté avec Richmond.

La queue

  • Écartez la peau autour de la queue de votre souris autant que possible.
  • Placez l’ongle de votre pouce contre la chair de la queue, à la base de cette dernière.
  • Faites glisser toute la chair hors de la queue : c’est très facile, il suffit de tirer délicatement et la queue sera sortie en un rien de temps. Vous ne devriez pas avoir besoin de tirer très fort.
  • J’insiste : faites-le très précautionneusement, autrement vous pourriez déchirer la peau de la queue et ce ne serait pas très joli.
Comment naturaliser une souris ? Un guide par étapes. Séparer doucement la peau de la carcasse.

La tête : les oreilles et les yeux

  • Suspendez la carcasse par les hanches, la tête en bas.
  • Continuez à écartez la peau au niveau du cou, en vous avançant progressivement vers la tête.
  • Tranchez la base de l’oreille, là où le canal auditif pénètre dans le crâne. Vous le reconnaîtrez facilement : c’est un petit tuyau blanc assez rigide.
  • Dépecez le crâne jusqu’au niveau des yeux.
  • Enlevez précautionneusement la peau autour des yeux : vous voulez conserver les paupieres de la souris !
Comment naturaliser une souris ? Un guide par étapes. Pour retirer le reste de la peau, attacher la souris par les hanches à l'aide d'une corde.

Le museau

  • Continuez à enlever la peau atour de la bouche et du museau de votre souris.
  • Tranchez la peau au niveau des coins inférieurs de la bouche de la souris.
  • Dépecez entièrement sa mâchoire infèrieure.
  • Séparez la mâchoire infèrieure du reste de la peau.
  • Enlevez la peau du reste du museau.
  • Tranchez avec votre pince les deux grandes dents de devant. Comme vous voulez garder ces dents sur la peau, et non sur la carcasse, tranchez-les au plus proche du museau.
  • Ne jetez pas la carcasse ! Vous en aurez besoin après pour établir les mesures de votre animal.
  • Retirez toute trace de gras (reconnaissable à sa couleur blanche) ou de chair qui serait resté sur la peau en la râpant avec le flan de votre scalpel.
  • Placez la peau de votre souris dans un gobelet d’eau froide pour enlever toute trace de sang ou de saleté et éviter qu’elle ne se désèche.

Sculpter le nouveau corps de votre souris

  • Tracez la forme du crâne sur un morceau de mousse. Commencez avec une vue de profil puis plongeante.
  • Lors du cours, nous avons utilisé deux types de mousses. La première, orange et plus rigide, pour la tête ; la seconde, grise et plus malléable, pour le corps.
  • À l’aide de votre scalpel, sculptez la mousse en vous aidant du crâne pour lui en donner une forme la plus fidèle possible. C’est la partie que j’ai trouvée la plus difficile : tous mes crânes avaient des traits extrêmements anguleux, qu’on aurait crus sortis de Minecraft !
  • Faites de meme avec le corps de la souris ; lors du cours, on m’a recommandé d’imiter la forme d’une cacahuète.
  • N’oubliez pas que vous disposez de la peau d’un animal réel, avec sa propre corpulence : sculptez un corps qui lui est adapté !
  • Si votre corps est trop gros, vous ne pourrez pas recoudre la peau et la fermer par-dessus. Au contraire, si le corps est trop maigre, la peau pourrait flotter.
  • Au moment de sculpter son corps, gardez en tête la taille, la forme et la position que vous donnerez à votre souris.
  • Si vous avez des doutes sur vos aptitudes de sculpteurs (comme moi), vous pouvez acquerir une forme déjà toute prête auprès d’un taxidermiste professionnel.
  • Testez la forme que vous avez sculptée en la comparant à la carcasse de votre animal : la taille, la forme, la corpulence correspondent-elles ?
  • Sculptez autrement, davantage si nécessaire.

Assemblez votre souris

Séchez votre souris

  • Avant de commencer à assembler votre souris, vous pouvez en sortir la peau du gobelet d’eau.
  • Au besoin, si la souris est encore sale, vous pouvez utiliser un peu de liquide vaisselle appliqué sur une brosse à dents pour la nettoyer.
  • Séchez-la sur des feuilles de sopalin ou à l’aide d’un sèche-cheveux. Inutile de la sécher parfaitement.
  • Frottez une dernière fois l’intérieur de la peau avec du borax : cela améliorera la conservation de votre souris.
  • Coupez les fils de fer qui serviront à faire tenir le cou, les pattes et la queue au corps de la souris.
  • Je ne me souviens plus de la longueur de ces fils – vous pouvez vous en faire une idée avec les photos ci-dessus par rapport au corps de la souris. Je dirais que le fil dans la tête de la souris mesurait approximativement 10 cm ; ceux qui ont servi à faire les pattes, plutôt 20 cm. Quoiqu’il en soit, mieux vaut les prévoir trop grands : vous pourrez toujours en ajuster la longueur plus tard avec la pince coupante.

La tête et le corps

  • Assemblez la tête et le corps : courbez votre fil de fer en deux, comme lorsque vous commencez à faire vos lacets.
  • Faites passer le fil de fer à travers le nouveau crâne de la souris, du haut vers le bas. Une petite section de fil semblable à une barre (visible sur la photo ci-dessus) doit être visible sur le haut du crâne en mousse.
  • Avec la pince plate, pliez le fil de fer vers l’arrière du crâne.
  • Rassemblez les deux bouts du fil et entortillez-les : cela assurera une meilleure solidité à votre monture.
  • Piquez les bouts de fil qui sortent du crâne dans la forme du corps. Attention au sens dans lequel vous les faites entrer ; ne tenez pas votre corps à l’envers !
  • Piquez les yeux sur le crâne : utilisez des épingles.
  • Vous pouvez les choisir noires ou rouges, ou même go crazy et opter pour des couleurs “non-naturelles” : bleu, jaune, vert…
  • Pour vous aider à placer les yeux sur la forme du crâne en mousse, aidez vous une fois encore de la carcasse que vous avez conservée : marquez l’emplacement des yeux de deux croix au marqueur.

Les quatre pattes

  • Plantez les deux fils de fer qui formeront les pattes dans la forme en mousse du corps : l’un pour les pattes gauches, l’autres pour les pattes droites. Ils doivent sortir du corps en mousse perpendiculairement à ce dernier, donc parallèle entre eux.
  • Courbez chaque fil – comme vous l’avez fait pour celui dans la tête en mousse.
  • Faites ressortir chaque fil du côté opposé à celui par lequel il est entré dans le corps. Si c’est plus clair dit ainsi : un même morceau de fil ne va pas servir à faire toutes les pattes arrières ou toutes les pattes avant mais les deux pattes gauches ou les deux pattes droites.
  • Utilisez du borax pour finir de nettoyer la queue et la peau de votre souris.
  • Mettez un peu de polyester autour du fil de fer qui ira dans la queue. Cela évitera qu’elle apparaisse toute plate et que l’on devine le fil à travers la peau, très fine et presque transparente à cet endroit.
  • Faites glisser le fil de fer “enrobé” dans la queue.
  • Piquez le fil de fer de la queue dans le reste du corps de votre souris.
  • Enfilez la peau sur son nouveau corps en commencant par la tête.
Comment naturaliser une souris ? Un guide par étapes. Souris en cours de montage : le fils de fer sont déjà mis en place au niveau des pattes avants et arrières.
Une souris volante !
  • Insérez les fils de fer dans les pattes avants et arrières. Faites-les passer jusque dans les paumes, même celles des pattes arrières – à moins que vous ne souhaitiez que votre souris se tienne sur la pointe des pattes arrières, auquel cas : faites pénétrer la tige jusqu’aux orteils – mais ce n’est pas la position la plus naturelle pour une souris.
  • Ajustez la peau autour de la tête pour replacer correctement les yeux et la bouche dans les trous. Si les yeux sont récalcitrants et ne tiennent pas en place dans les trous prévus à cet effet, ne cherchez pas un résultat parfait immédiatement : vous pourrez les faire tenir en place lors du séchage à l’aide d’épingles.
  • Fourrez les quatre pattes de la souris avec du polyester. À utiliser avec modération, autrement votre souris aura l’air bodybuildée !

Recoudre votre souris

  • C’est l’heure de l’ultime vérification ! Votre souris vous plaît, les proportions vous semblent exactes ? Alors vous pouvez commencer à la recoudre.
  • Commencez à coudre au tout début de l’incision, en haut : au niveau des épaules.
  • Utilisez du fil et une aiguille de la taille et de la couleur appropriées : la souris est un petit animal, votre aiguille doit l’être aussi. De même, il est peu probable que la fourure votre souris soit très touffue ; si vous la recousez avec du fil noir alors que son pelage est blanc, cela se verra.
  • Faites des points réguliers et serrés : il doit y en avoir le même nombre de part et d’autre de l’incision.
  • Si vous avez du mal à voir entre les poils de votre souris, c’est peut-être le moment de vous déplacer à un endroit qui reçoit plus directement la lumière du soleil, ou d’utiliser une lampe-loupe si vous en possédez une.
  • Pour arrêter le fil : intercalez un bout de papier entre la peau et l’aiguille, passez le fil à travers ledit bout de papier puis faites un nœud.
  • Le nœud doit se faire au plus proche de la peau. Autrement, elle sera flottante à cet endroit !

Finitions & Séchage

  • Utilisez une brosse à dents pour brosser et faire gonfler la fourrure de la souris.
  • Ajustez votre souris : position, expression, etc…
  • Pour en fixez les traits, utilisez des épingles. Par exemple, pour donner un sourire à mon Richmond, j’ai tiré en arrière la peau autour de ses babines et l’ai câlée ainsi avec les épingles.
  • Prenez votre temps. Une fois que la souris aura commencé à sécher, il sera trop tard pour effectuer des changements majeurs, puis de plus en plus difficile d’y apporter des modifications, même mineures.
  • Laissez la souris sécher dans un endroit sec, à l’abri du soleil ou de toute autre source de chaleur.
  • Si vous possédez des animaux, vivants, ne la laissez pas à leur portée. 😉
  • Cela dit, cela fait maintenant plusieurs mois que mon chat vit avec Richmond et elle ne l’a toujours pas remarqué.
  • Vérifiez régulièrement au cours des 2-3 jours suivants que votre souris sèche bien comme vous le souhaitez.
  • Postez des photos sur les réseaux sociaux et frimez (ou rigolez). Vous pouvez me tagger ! 🙂

J’espère que ce petit guide vous aura été utile.

Si vous avez la moindre question sur les différentes étapes du processus, n’hésitez pas à me contacter ; ici, en commentaire, ou sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram). Je ferai de mon mieux pour répondre à votre question ou vous diriger vers une personne apte àvous renseigner. 🙂

 Si vous aimez cet article, si vous connaissez quelqu’un qu’il pourrait intéresser, faites-lui plaisir : envoyez-le lui. 😉

Laisser un commentaire