sevres-cite-ceramique-exposition-manufacture-lumieres

La Manufacture des Lumieres, à Sèvres

Aujourd’hui, je vous emmène hors de ma zone de confort : dans la banlieue Ouest, à la cité de la céramique de Sèvres pour l’exposition Manufacture des Lumières ! Que les plus Parisiens se rassurent, c’est accessible en métro, la preuve ici.

Comme tous les visiteurs, je suis tombée sous le charme de L’Amour Menaçant de Falconet. En ce moment, sur les réseaux sociaux, on ne voit que lui. Et comment lui résister ? En entrant dans la troisième salle, on tombe nez-à-nez avec cet angelot à l’air mutin, qui nous toise du haut de son piédestal. Le doigt porté à ses lèvres, il nous intime de garder le secret. Cet amour de Falconet est un enfant terrible. Pour le moment, il feint – mal – l’innocence mais il est prêt à bondir et à nous décocher une de ses flèches. Sa pause faussement détendue ne fait pas oublier son regard fripon.

Rencontre superbe, inespérée ! Les premières salles m’avaient fait craindre le pire. Les panneaux, fractionnés en de courts textes et dispersés, m’avaient déstabilisée, d’autant plus que le parcours – thématique – ressemble un peu à la représentation proportionnelle. Plusieurs thèmes cohabitent dans un même espace, le plus important en occupe la majeure partie. Cela ne facilite pas la lecture et rend le parcours un peu confus.
Un autre élément m’a heurtée, qu’on ne peut cette fois imputer au musée. On doit en partie l’exposition au soutien financier de BNP Paribas. L’entreprise n’a pas l’élégance de se cantonner au panneau final, elle est citée plusieurs fois au début de la visite. Cette omniprésence, qui va heureusement en s’atténuant, heurte.

Ces petits désagréments omis, j’apprécie la qualité de l’exposition. Les couleurs tendres de la scénographie subliment les pièces, d’une grande variété. Moules, terres cuites, porcelaines, biscuits… À la fin de la visite, vous maîtriserez les subtilités des différents matériaux et cuissons. On croise des œuvres aux sujets étonnants comme la franc-maçonnerie et l’abolition de l’esclavage. Surtout, j’apprécie la visite pour sa pédagogie. Elle met à la portée de tous les différentes étapes et techniques nécessaires à la réalisation de ces œuvres. On comprend mieux ce qui fait la délicatesse et la difficulté de cet art. En bref, une exposition adaptée à tous les niveaux de connaissance et de familiarité avec la céramique.

Laisser un commentaire

*