manon-damiens-sculpture-metal-dinanderie-envol-ombre

Manon Damiens, sculpteur

Sculpteur, est-ce bien là un métier d’art ? Pourtant, on range traditionnellement la sculpture au rang des Beaux-Arts ; c’est à ne plus rien y comprendre. Eh bien oui, on peut être sculpteur et artisan d’art ! Car les métiers d’art se définissent plus par les techniques employées que par la nature des œuvres produites. Dans le cas de Manon Damiens, elle utilise tant des gestes de dinandier que de bijoutier, deux métiers d’art. Ainsi, elle confère au métal une mobilité et une légèreté qu’on ne lui aurait pas soupçonnées. Sa conception originale du métal commence à faire parler d’elle : en 2017, elle est lauréate du concours Ateliers d’Art de France en région Occitanie.

Une formation pluridisciplinaire

manon-damiens-sculpture-metal-dinanderie-craquelure

Toutes les photos sont de Manon Damiens

En 2003, Manon Damiens sort diplômée de l’École Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Art – l’ENSAAMA pour faire court – Olivier de Serres. Elle y a étudié la sculpture appliquée au métal mais travaille tout d’abord pour le théâtre et le cinéma, en tant que scénographe. À l’heure de donner forme à ses créations, la jeune femme garde en tête cette expérience. : l‘interaction et la situation de ses sculptures sont des notions-clefs de leur compréhension. Pour finir, elle passe deux années au Niger auprès d’un maître forgeron, pour apprendre les différentes techniques du bijou touareg. Depuis 2013, Manon Damiens a installé son propre atelier à Narbonne. Là, elle transforme notre perception du métal.

manon-damiens-sculpture-metal-dinanderie-propagation-spirale

Changer les idées reçues

Quand on pense au métal, on songe immédiatement à une matière froide, pesante, rigide. Pas du tout proteste Manon Damiens ! Et à voir ses sculptures haut perchées, qui paraissent léviter, on lui donne facilement raison. C’est un travail minutieux et patient, presque méditatif, qui l’oppose à l’acier, au laiton et au cuivre. Car le métal n’est pas aussi obligeant que la terre envers les céramistes, qui réagit à la moindre pression de la main et des doigts. Le métal, au contraire, oppose une farouche résistance à ses artisans.

manon-damiens-dinanderie-sculpture-metal-tingueling-fleurs

Manon Damiens le dompte pour en révéler toutes les possibilités. Soumis à ses gestes, sa masse contrebalancée par des espaces et des vides, le métal se fait souple et aérien. Il ne s’agit pas seulement d’un défi technique. L’artisane conçoit ses sculptures pour qu’elles soient effectivement mises en mouvement, par leur environnement (le vent…) ou le public. Les créations dévoilent alors toutes leurs surprises. Certaines sont musicales ; d’autres ondulent, comme l’eau leur voisine.

Dans la lignée de Calder et Tinguely

manon-damiens-sculpture-metal-dinanderie-inflexion-concours-occitanie-ateliers-art-france

Parmi ses inspirations, Manon Damiens confie une grande admiration pour les sculpteurs Alexander Calder et Jean Tinguely – créateur de la fontaine Stravinsky près du centre Pompidou notamment. Le souvenir de leurs œuvres est en effet prégnant dans celles de notre artisane. Du premier, on reconnaît la ligne claire, l’exploration du mobile. L’héritage du second semble, au premier abord, moins évident. Rien de commun en effet entre les créations précieuses, parfaitement lisibles, de Manon Damiens et celles, plus “fouillis”, de son aîné. Ils partagent, plus qu’une esthétique, des intentions communes. L’un comme l’autre créent des œuvres à actionner, qu’elles libèrent une musique ou un mouvement. Tous deux sortent la sculpture du musée et la conçoivent également dans un environnement naturel, forêt ou jardin.

 

Son site internet

Suivre Manon Damiens sur Facebook .

manon-damiens-sculpture-metal-dinanderie-vague

Laisser un commentaire

*