petit-palais-exposition-fantastique-estampe-japonaise-heros-populaire

Fantastique !

Cette saison, le Petit Palais réunit ses expositions sous le thème du fantastique. Les réunit au point de présenter « Kuniyoshi, le démon de l’estampe » et « De Goya à Redon, l’estampe fantastique » à la suite – ce que je déplore. Arrivée à la deuxième partie de la visite, j’ai déjà la tête pleine de belles images et d’informations. Je fatigue, mon attention faiblit. Je ne profite pas du second accrochage.

J’aurais apprécié que le Petit Palais sépare ces deux expositions. Certes, leur thème est commun mais il renvoie pour à chacune à un imaginaire, une culture spécifique. Selon moi, il n’y a pas lieu de les rassembler, d’autant plus que les artistes ne dialoguent pas entre eux. Pour ceux qui désirent voir les deux expositions, un tarif réduit aurait pu être offert sur présentation du premier ticket d’entrée.J’allais voir « L’estampe fantastique », j’ai eu le coup de foudre pour Kuniyoshi. Artiste exceptionnel, il fut éclipsé par ses successeurs : Hokusai et Utamaro. Connu d’une poignée d’amateurs seulement de son vivant, le Petit Palais le ramène aujourd’hui sur le devant de la scène.

La première et la dernière salle sont spectaculaires. L’une, consacrée aux légendes, guerriers et dragons témoigne d’une rare virtuosité. Les compositions dynamiques fondent dans un même mouvement le héros, le monstre et leur environnement. Les baleines se dissimulent dans les ondulations de l’eau. Les corps en plein combat se tordent et se mêlent. Les couleurs sont franches puissantes.

La dernière porte le nom de « jeux et caricatures ». Le shogun, désireux de moraliser la société, interdit la représentation des geishas et acteurs populaires. Pour contourner la censure, Kuniyoshi fait preuve d’une inventivité pleine d’esprit. Quand les bêtes et en particulier les chats n’adoptent pas les attitudes des humains, ce sont les vedettes qui se changent en animaux ou en objets. Kuniyoshi recourt également aux ombres chinoises pour représenter, incognito, les héros populaires.

Je retournerai avec plaisir au Petit Palais, pour vous parler de l’estampe fantastique ou peut-être seulement pour admirer de nouveau les œuvres de Kuniyoshi…

Une soirée autour de l’exposition a lieu le 30 octobre, une bonne occasion de la visiter !

Et pour les informations pratiques : c’est ici.

Laisser un commentaire

*