ecole-beaux-arts-paris-cabinet-dessins-jean-bonna

Le cabinet des dessins Jean Bonna

Au cœur du 14, rue Bonaparte se trouve une pièce obscure – pour des raisons de conservation préventive – mais douillette. Un lieu intime et secret, comme le recoin d’une grande maison devenu notre préféré. On s’y sent bien. C’est le cabinet des dessins Jean Bonna de l’école nationale supérieure des Beaux-arts.

Cette pièce paisible et hors du temps a tout d’un trésor caché. Avec son fonds de 25 000 dessins, le cabinet possède la deuxième collection de France, juste après celle du Louvre. Pour dévoiler ses merveilles, il organise régulièrement des expositions temporaires. Les horaires sont difficilement praticables (13-18h et fermeture le weekend) mais vos efforts seront récompensés.

Les expositions portent sur des thèmes très variés : on a vu « Le paysage à Rome entre 1600 et 1650 », « le Michel-Ange de la Ménagerie : les dessins d’Antoine-Louis Barye », « Albrecht Dürer et son temps » et « Rembrandt et son entourage, dans l’Atelier du maître ». Les dessins sont d’une qualité exceptionnelle et parfaitement présentés. On peut s’en approcher à loisir, en scruter tous les détails sans être gêné par un quelconque reflet ou un autre visiteur. Le cabinet est un secret bien gardé.

Jean-Honoré Fragonard, Le Circo Massimo à Rome, avant 1760 Crédit photo : Jean-Pierre Dalbéra

Ce n’est pas tout. Le cabinet Jean Bonna est surtout le lieu d’exposition où j’ai trouvé les plus beaux cartels qu’il m’a été donnés de lire. Ils sont écrits avec amour. Leur contenu est riche et rigoureux ; il fournit des informations historiques et artistiques, conduit le regard vers les éléments remarquables. Leur ton est vibrant, admirable. À leur lecture, on sent que chacun de ces dessins a été finement observé, choisi avec soin. Le texte ne se contente pas de diriger le regard vers les détails importants, il saisit et transmet l’essence du dessin. Si vous n’êtes pas d’emblée charmés par la finesse des traits et l’harmonie de la composition, vous le serez en lisant le texte qui les accompagne. L’équipe du cabinet parvient à ce résultat épatant de partager son intimité avec les œuvres dont elle a la garde.

Les exposition à l’école des Beaux-arts.

No Comments

  • peccadille

    13 décembre 2015 at 20 h 53 min

    Merveilleux endroit ! Tu sais que j’y ai travaillé ?

    Les collections de l’ENSBA sont extraordinaires et malheureusement trop peu connues, trop peu valorisées… Les dessins du cabinet échappent un peu de cas qui est fait des peintures, estampes, moulages et maquettes en liège (oui, oui, un jour j’en parlerai sur mon blog) : la collection bénéficie de quelque mécénats d’importance qui assurent son exposition régulière…

    En faisant une demande un peu à l’avance, tu peux demander à y consulter des dessins ou des estampes et prolonger un peu l’intimité du rapport avec les oeuvres 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

*